FR | DE

Le RoadLab, un complément à l’enseignement

Ancien directeur d’un cycle d’orientation, Dominik Jeckelmann s’est lancé un nouveau défi : être animateur dans le RoadLab. Entretien.

 

Comment ça se passe avec les jeunes, qu’est-ce qui marche bien ?

Ils sont très motivés et apprécient beaucoup de découvrir Groupe E et les différentes approches de l'électricité à travers le projet RoadLab.

Y a-t-il des expériences qui marchent mieux que d’autre ?

Les jeunes apprécient beaucoup d’ateliers, par exemple produire de l’énergie avec un citron ou avec des panneaux solaires, comparer les différents types d’ampoules. Et puis il y a le poste où ils peuvent ressentir l’effet de l’électricité sur leur corps. Grâce à ces ateliers, ils peuvent faire le lien avec ce qu’ils ont déjà appris en classe. 

 

On dit souvent que les ados ne sont pas faciles à conquérir, mais c’est un public que vous connaissez.

Oui, effectivement c’est un public que je connais bien ; j’ai été enseignant pendant longtemps puis directeur d’un cycle d’orientation durant ces 15 dernières années. J’ai pris ma retraite à 60 ans pour pouvoir me lancer d’autres défis. Ici j’ai trouvé un travail qui me correspond puisque je garde ce contact avec les jeunes. C’est enthousiasmant.